Une personne qui souhaite se lancer dans l’aventure freelance doit se poser les bonnes questions et réfléchir aux conséquences que cela pourrait lui causer auprès de sa future clientèle ou dans sa vie privée.

Même si les entreprises en raffolent de ces personnes disponibles et productifs, le freelance ne doit pas se laisser surmener par la déferlante de missions qui aura à réaliser. La liberté est le maître mot!

Quelles sont ces erreurs à éviter à tout prix quand on est freelance débutant et les conseils?

femme balcon ordinateur portable

Déjà, qu’est-ce qu’un freelance?

Plus connu sous le nom d’auto-entrepreneur, il a pour but de travailler indépendamment comparé à un salarié. Il ne possède aucun contrat de travail, à des horaires libres, facture selon ses tarifs, n’est pas salarié d’une entreprise (même si cela est possible) ou d’une agence, choisit ses clients et réalise des missions qu’une entreprise-client lui aura confiées.

Le profil type du freelance

  • Age moyen: 37 ans,
  • Lieu de résidence: grande métropole (Paris, Lille, Lyon)
  • Fraîchement diplômé ou des années d’expériences,
  • Domaines: numérique, artistique, design, informatique
  • Sexe: homme

Aujourd’hui en France, ils sont 930 000 freelances, dont 66% d’hommes et 37% de femmes.

Ces fautes qui sont souvent commises

1- Ne pas négocier ses tarifs

En gros, ne les bradez pas pour faire plaisir à un client ou ne les surgonflez pas si le prétexte est que vous n’avez pas de concurrent direct ou indirect. C’est la première erreur à ne pas commettre.

Apprenez donc à négocier les tarifs en fonction du projet, des besoins/attentes et du budget de votre futur client. La négociation et la franchise sont deux qualités appréciées chez le freelance. Tous les clients sont différents et n’allouent pas le même budget.

Conseil: Il est plus qu’essentiel d’argumenter vos tarifs et de les justifier parce qu’ils reflètent votre savoir faire. Il doit aussi correspondre au budget de votre client.

tarif freelance

Bien entendu, c’est au freelance de fixer ses tarifs mais ils ne sont pas fixes, d’où l’importance de proposer de rectifier le tarif pour votre futur client.

2- Ne pas choisir ses clients

Les clients sont différents avec des problématiques différentes, l’erreur est d’accepter de faire n’importe quelle mission et pour tout le monde. Soit par peur de ne pas avoir de travail (ce qui est tout à fait louable) ou par peur de la concurrence internationale.

Ces freelances venus d’ailleurs……

Non pas d’une autre planète mais d’un autre pays. Cette concurrence en dehors du territoire français ou européen est visible sur le net. Des pays en sous développement comme l‘Inde ou le Bangladesh sont les pays où la vie est beaucoup moins cher, leur fiscalité est moindre et que les prix sont très bas. Les tarifs aussi bas ne justifient en rien la qualité du travail et la passion pour l’écriture. Donc ne vous fiez pas aux apparences.

Comment les choisir alors?

Les sélectionner en fonction des services que vous proposez, de vos objectifs, de votre cible, des problématiques que rencontrent votre client et dont vous pourrez les résoudre. L’élaboration d’une stratégie marketing de contenu, ou SEO ainsi que la détermination de votre persona devront être réalisées.

canaux de prospection client

Cependant, faut-il éviter certains types de clients?

Il n’est pas toujours facile de trouver les bons, surtout en ce moment, mais il y a aussi des mauvais clients. Pour faire court, tous les clients ne se valent pas. Un sera plus compréhensif tandis que d’autre pas du tout. Pour rappel, le freelance n’est pas un robot et il se donne le droit de refuser de travailler avec qui il veut et souhaite collaborer.

Voici ceux à éviter:

  1. les mauvais payeurs,
  2. les abonnés absents ou les abonnés présents,
  3. les pressés,
  4. les incompris,
  5. les profiteurs,
  6. les insatisfaits,
  7. les radins ou les gourmands

Alors que faire?

  1. collaborer avec une entreprise française et de préférence proche de chez vous. En cas problème de rémunération, vous pouvez toujours lui rendre visite. Si rien ne vient, plusieurs relances seront nécessaires voir jusqu’une injonction de payer en contactant un avocat ou un huissier.
  2. pour les absents: relancer sans cesse (email, téléphone) jusqu’à ce que vous obtenez une réponse. Cependant, si au bout de 3 mois, aucun signe de vie alors abandonnez! Pour les présents, dîtes lui que vous avez un agenda à respecter et qu’il n’est pas au dessus de tout le monde, personne n’est prioritaire.
  3. définissez d’abord son projet avec lui en expliquant bien en combien de temps la mission peut durer. Si il est trop pressé ou qu’il veut que la mission se fasse en 3 jours alors qu’il faut un peu plus de temps, ne vous laissez pas faire!
  4. si il n’a pas compris que le résultat peut être long (comme la visibilité en ligne), expliquez lui pourquoi de manière compréhensible. Si il ne comprend toujours pas, fuyez!
  5. les freelances ont tendances à offrir des conseils « gratuits », à force le client va en profiter sans que vous en apercevez. Arrêter ce système, rien ne vous garantit qu’il vous offrira une mission. Informez lui que tout acte est facturé.
  6. c’est celui qui ne sait pas ce qu’il veut et qu’il vous fait perdre un temps précieux. Prenez le temps de voir son projet et de le formaliser sur papier, de proposer un tarif adapté à ses besoins et de lui apporter les bonnes solutions.
  7. les radins ce sont qui demande « combien ça pourrait lui coûter », en gros a-t-il réellement le budget pour faire appel à vos services. Généralement ce n’est pas le cas, demandez lui quel est son budget. Ou alors il a un gros appétit financier, ceux qui veulent voir leur site web « rentable » alors que c’est un blog d’entreprise ou un site proposant des services.

Enfin, les clients ne se trouvent pas forcément en ligne, il faudra donc penser à d’autres canaux de prospection.

3- Ne pas avoir la fibre « commerciale »

Il ne faut pas compter uniquement sur vos compétences et savoir faire pour attirer de futurs clients. Ils ne possèdent pas tous un site web ou ne sont pas tous visibles sur les réseaux sociaux. Votre but est de vous faire vendre et de vendre vos produits ou services. La prospection fait partie du job du freelance et même si les temps sont durs (à cause de la pandémie), ne pas prospecter n’augmentera pas votre chiffre d’affaire.

La digital change radicalement notre façon de consommer, de communiquer, de travailler et surtout d’attirer de nouveaux prospects.

Quel canal de prospection choisir?

Le canal « traditionnel »

Si vous êtes à l’aise avec le contact humain ou que si vous avez de la tchatche commercial, la prospection sur le terrain ou par téléphone serait appropriée.

Sur le terrain, vous allez rencontrez directement vos prospects soit à leur domicile ou dans leur entreprise, c’est de la vente direct. C’est une méthode qui existe mais qui est réglementée. Par téléphone, ce type de prospection fait énormément peur car c’est souvent pour vendre un produit dont le prospect n’en a pas forcément besoin, prendre rendez-vous avec un commercial dont l’entreprise lui est inconnue ou pour une arnaque.

Beaucoup ceux qui démarchent par téléphone ou porte-à-porte sont souvent du secteur:

  • de l’énergie ou rénovation énergétique (électricité/gaz/pompe à chaleur),
  • du petits œuvres (fenêtre, porte),
  • assurances (assurance vie, assurance obsèques),
  • immobilier (vente/achat de maison, terrain),
  • B2C, B2B (vente à domicile ou pour les entreprises)

le canal « digital »

Tous ceux qui concernes la prospection numérique:

  • email marketing,
  • newsletter,
  • réseaux sociaux,
  • bannière publicitaire

Ces outils de prospection sont idéals lorsque les clients ou entreprises sont en ligne et que vous avez une cible bien précise. Pour terminer, le canal à choisir dépend sur lequel vous êtes le plus à l’aise et du type d’activité.

4- Ne pas leur proposer de contrat

contrat freelance

Un contrat est un engagement écrit et signé par les 2 parties (client et prestataire), cela crée une obligation de respecter tous les engagements pris et indique les informations suivantes:

  • Mission,
  • Durée de la mission,
  • Lieu de la mission,
  • Montant TTC et HT,
  • Nom et adresse du client,
  • Nom et adresse du prestataire de service,
  • N° SIRET ou Code APE,
  • Mode de paiement,
  • Taux journalier ou horaire,
  • Signature + mention

Un devis peut être considéré comme un contrat ou le freelance peut créer un « contrat de prestation de services » si ce contrat s’applique à tous les clients ou un « Contrat Général de Ventes » si il s’applique à des clients spécifiques, et tout en fixant ses propres modalités, tarifs et conditions.

Conseil: Réalisez toujours un pour vous et pour votre client.

Que passe-t-il si vous réalisez une mission sans contrat?

C’est à vos risques et périls! C’est donc à vous de rendre votre mission sécurisant d’où l’intérêt de proposer un contrat. Cela évite tout préjudice ou tout conflit avec le client. Même si le freelance n’a pas d’obligation à en signer un, il est quand même souhaitable de le faire pour une question de protection, car le freelance a des droits comme tout le monde.

5- Ne pas apprendre à dire non

Un freelance accepte de réaliser toutes les missions qui lui seront proposées et souvent à son désavantage. C’est l’erreur qui ne doit pas faire: accepter toutes les missions. Il n’est pas expert dans tous les domaines et cela peut se ressentir une fois la mission terminée et notamment dans ses rendus.

Conseil: vous avez été formé à une spécialisation et acceptez les missions en fonction de vos connaissances et compétences. Prenez donc le temps de réfléchir au projet de votre client, en prenant soin de comprendre ses problèmes en lui proposant les bonnes solutions.

Apprendre à dire non au bon moment paraît inconcevable mais pourtant cela peut vous amenez à d’autres missions beaucoup plus réalistes et plus appropriées à vos valeurs.

gestion du temps freelance

6- Ne pas savoir gérer son temps

Être freelance demande énormément d’énergie, entre la prospection, l’administration, le commercial, la comptabilité et la réalisation des missions, votre temps sera limité d’où l’intérêt d’une bonne organisation.

Pensez donc à fixer des horaires et à organiser votre emploi du temps. Savoir gérer son temps c’est se canaliser sur d’autres tâches et les missions ne doivent pas empiéter sur votre vie privée et familiale. Vous avez forcément un rendez-vous chez le dentiste de prévu ou de partir en vacances pendant 3 semaines au mois de juillet.

Pensez également à vous accorder des temps de pauses:

  • pause déjeuner,
  • pause café ou thé,
  • pause lecture,
  • activité physique,
  • sorties familiales ou entre amis,
  • activités culturelles

Profitez de ces bons moments en aérant votre esprit, c’est toujours bon.

Conseil: avoir un agenda ou créer une « to-do list » pour la semaine ou le mois pour connaître les tâches que vous aurez à effectuer et les rendez-vous prévus même les imprévus.

7- Ne pas donner suite

Une fois la mission finie, certains freelances ne donnent plus signe de vie. Soit par manque d’anticipation, par peur qu’il a déçu son client ou le fait que le freelance a eu de mauvaise appréciation vis à vis de son client (on ne sait jamais, tout n’est pas la faute du freelance!).

Conseil: Gardez contact ou donner de ses nouvelles en lui demandant si la mission a répondu à ses besoins/attentes du client paraît essentiel. Le client peut vous recommander auprès d’autres intervenants. Proposez lui, si il en a été satisfait, une nouvelle collaboration avec une offre promotionnelle pour éviter un client délaissé

(1 commentaire)

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :